Lexique français-anglais du radioamateur

Suggestions de Claude, VE2LCF

En cette période où les perspectives de survie du français comme première langue au Québec se fragilisent (c’est ce que nous apprend le dernier recensement canadien), j’ai pensé faire ma part pour aider à la mise en valeur du français dans le monde radioamateur. Internet a été ma principale source de références. Les personnes du domaine des communications, à qui j’ai montré la liste ci-dessous, m’approuvent et m’encouragent, mais me signalent du même coup d’être patient quant à mes espoirs de voir le monde radioamateur adopter le lexique que je suggère. On ne modifie pas une habitude presque centenaire de langage en quelques mois…

Ceux qui me connaissent savent que ma contribution au radioamateurisme ou à la radio amateur s’exerce principalement dans les domaines de la traduction de l’anglais au français pour RAC, et de la rédaction d’articles pour ARES et RAQI.

Voici donc :

   

Quelques mots et termes souvent utilisés (ou à utiliser) par les radioamateurs francophones. Traductions, descriptions et explications.

AM et FM : deux acronymes qui signifient amplitude modulée et fréquence modulée. L’usage en consacre le sens et le milieu électronique radioamateur s’en accommode très bien. MA et MF sont sans doute plus justes sur le plan littéraire (modulation d’amplitude et modulation de fréquence), mais ne sont pas toujours bien compris par les électroniciens et les radioamateurs. Donc s’en tenir à AM et FM

Ampèremètre : de l’anglais « ammeter »

Bi-bande : ou double bande : bi-bande est la traduction acceptée de « Dual Band » que l’on retrouve sur Internet. Bi-bande désigne deux bandes (souvent vhf et uhf) sur le même appareil. Le terme plus général de multibande est aussi accepté, mais il englobe toute désignation de plus d’une bande.

Bloc d’alimentation : en anglais « Power Supply ».

BLU : traduction de l’acronyme SSB (Single Side Band) en anglais signifiant bande latérale unique. Selon le choix de la partie inférieure ou supérieure de la porteuse, pourquoi ne pas utiliser BL- ou BL+, ou encore BLI ou BLS ? On voit parfois ces deux acronymes sur Internet.

Bobine : ou inductance: en anglais « coil»

Caractéristique : en anglais« feature »s

Charge fictive : traduction reconnue de « dummy Load ». La charge fictive tient lieu d’antenne lors de l’ajustement du transcepteur entre autres.

Colinéaire : en anglais « collinear ». Mot utilisé entre autres pour désigner un type d’antenne.

Condensateur : en anglais « condenser » capacitor

Coulage : en anglais « leakage »

Curseur : en anglais « slider »

Dipolaire : adjectif. De l’anglais « double pole » On évitera d’utiliser bipolaire en français, ce mot étant identifié au domaine de la santé.

Dipôle ou doublet : en l’anglais « dipole » pour désigner une antenne, entre autres.

Dissipateur thermique : (ou de chaleur) : en anglais heat sink.

Double direction : de l’anglais « Double Throw »

Duplexeur : de l’anglais « Duplexer ».

Émetteur : en anglais « transmitter ». Le mot transmetteur en français est aussi utilisé et accepté.

Entête : de l’anglais « header ». Mot utilisé dans la description du protocole D-STAR, entre autres.

Entrée : de l’anglais « Input ». L’utilisation très fréquente de « input » en français pourrait bien un jour en justifier la francisation. Pour le moment le dictionnaire continue de traduire « input » par entrée. Par contre beaucoup de textes français utilisent sans distinction les mots entrée et input.

Faisceau : en anglais « beam »

Fiabilité : (taux de) : de l’anglais « Failure Rate ». Traduction un peu étonnante. C’est le verre à moitié plein versus le verre à moitié vide !

Fielday : désigne une journée (ou plus) consacrée aux activités « sur le terrain ». Ce mot anglais est devenu un classique de bon goût en français. Il n’y a pas lieu de le changer.

Fréquences HF- VHF- UHF- SHF- EHF- Terahertz : ces acronymes sont à conserver tels quels, même si parfois des auteurs traduisent VHF par THF (très haute fréquence). L’usage consacre l’utilisation de l’acronyme VHF pour désigner la très haute fréquence. Restons-en là pour le moment.

Classement des fréquences selon l’UIT (Union internationale des télécommunications): HF : 3-30 MHz ; VHF : 30-300 MHz ; UHF : 300MHz-3 GHz ; SHF : 3-30 GHz ; EHF : 30-300 GHz ; Terahertz : 300-3000GHz.

(SHF : super haute fréquence ; EHF : extrême haute fréquence).

Fréquencemètre : de l’anglais « Frequency meter »

Glissement : en anglais « Drift ». Applicable surtout aux fréquences instables. On dira alors « un glissement de fréquence ».

Hamfest : fête du radioamateurisme tenue généralement une fois par année en un endroit précis, consistant principalement en un regroupement de radioamateurs et en l’organisation d’un marché aux puces de pièces électroniques de radiocommunication et d’autres activités.

La lettre « h » de hamfest est sans contre dit un élément irrationnel du mot et générateur de plaisanteries pas toujours de bon goût. Serait-il possible de supprimer ce « h » ou encore de le remplacer par R… On y verrait alors une fête pour amateurs ou radioamateurs et non plus celle du « jambon » !!!

IF : acronyme anglais pour Intermediary Frequency très bien accepté en français signifiant fréquence intermédiaire. Mieux vaut n’y rien changer plutôt que risquer la confusion avec FI !

Impédancemètre : en anglais Impedance meter

Inductance ou bobine : en anglais« coil » que l’on entend très souvent, peut-être trop, sur les ondes radioamateures francophones alors que l’équivalent français est compris de tous.

Jack : le mot a été francisé. Nul besoin de rechercher une traduction.

Lien, liaison : bonne traduction de link. On dira donc établir un lien ou une liaison

Lier, relier : traduction de « to link » en anglais. On dira donc se relier à … Les mots « linker et linkage», que l’on entend assez souvent sur les ondes radioamateures, sont à déconseiller. D’une façon ou de l’autre ces mots appartiennent au monde de l’informatique, des jeux électroniques ou, surtout, de la génétique animale, végétale et même humaine.

Masse : (relier ou mettre à la) : terme à utiliser pour signifier « to ground » ou « grounder » lorsque l’on parle d’un système électrique ou électronique ou d’une antenne, par exemple. « Relier au sol ou à la terre » est aussi utilisé. Quand il s’agit de la réparation de radios ou d’appareils électroniques, le terme « point commun ou châssis » est préférable.

Morse : en anglais « continuous wave – CW » Langage codé de moins en moins utilisé, mais toujours bienvenu chez les radioamateurs. Samuel Morse fut l’inventeur du code morse.

Multimètre : en anglais « multimeter »

Noyau : en anglais « core » On dira donc « un noyau en ferrite ».

Ohmmètre : en anglais ohmeter.

Ondes stationnaires : traduction reconnue de « standing waves ».

Ondulation : de l’anglais « ripple »

Passerelle : de l’anglais « Gateway ». Mot appartenant au vocabulaire de D-STAR et de la communication internet entre autres. Gateway occupe une place de choix dans le lexique de D-STAR et des communications électroniques et numériques. Il pourrait bien un jour être accepté officiellement comme terme français.

Perche : de l’anglais « boom ». Perche est souvent utilisé dans les milieux de la radio commerciale et de la télévision.

Perturbation : de l’anglais « disturbance »

Plan de sol : de l’anglais « ground plane »

Polarisation : de l’anglais bias. Le mot biais est assez souvent utilisé en français comme traduction de bias, mais l’utilisation de « polarisation » est recommandée.

Porteuse : ou onde porteuse : de l’anglais « carrier ». Le mot « porteuse » est déjà utilisé régulièrement comme mot substitut à « carrier ».

Radio : nom masculin ou féminin. Au Québec en particulier, la masculinisation du mot radio est très bien acceptée. En parlant de votre récepteur mal-en-point, vous pourriez facilement dire, sans crainte d’erreur, « mon radio fait de la friture ». Radio demeure féminin principalement quand on mentionne « la radio amateur ». Mais ce dernier terme tend de plus en plus à être remplacé par « radioamateurisme ».

Radioamateur (e) : nom et adjectif (masculin ou féminin). 1) Personne pratiquant le radioamateurisme. On dira donc une réunion de radioamateurs ou de radioamateures. 2) Mot qualifiant les activités de tous ordres reliées au radioamateurisme. On dira donc : un concours radioamateur, une activité radioamateure. On retrouve ici les règles littéraires appliquées au mot amateur, nom ou adjectif. Dans un effort de simplification, l’évolution de la langue française encourage l’élimination du trait d’union et la jonction des mots quand cela est possible.

Radioamateurisme : pratique ou ensemble des activités radioamateures. Tout comme on dit « le cyclisme » ou « l’alpinisme », on dira le « radioamateurisme ». Le mot est couramment utilisé dans le monde radioamateur francophone, sur Internet. L’expression « la radio amateur » quoique moins utilisée (sur Internet) est encore employée et conserve toute sa pertinence.

Récepteur : traduction de l’anglais « receiver ». Souvent parlant d’un radio en français, on utilisera « poste récepteur »

Redresseur : mot à utiliser de préférence à « rectifier » ou rectificateur. Alors que « rectifier » est anglais, rectificateur signifie corriger quelque chose qui est incorrecte ou faux; ce qui n’est certes pas le cas du courant alternatif !

Relais ou répéteur : dispositif ou équipement technique permettant la retransmission ou le relais des ondes électromagnétiques employées notamment en vhf et uhf. Le mot « répéteur » quoique étant copié de l’anglais est acceptable. Les mots « répétitrice et répétiteur » sont à éviter puisqu’ils désignent une personne oeuvrant dans le domaine de la musique.

Résistance : de l’anglais, « resistor »

Rig : voir transcepteur

ROS : de l’anglais « Standing Wave Ratio – SWR ». L’acronyme ROS désigne le « ratio d’ondes stationnaires ».

ROSmètre ou ROS-mètre : instrument de mesure du ratio d’ondes stationnaires. Le mot ROSmètre remplace très bien SWR meter.

Services sur le terrain : ou organisation (activité) sur le terrain: terme qui traduit très bien « Field Services  » et qui est plus conforme à la réalité que celui de « Services extérieurs » trop souvent utilisé. Services extérieurs est un terme générique et vague et peut facilement prendre la signification de Services internationaux ou affaires internationales. L’utilisation du terme « services ou organisation sur le terrain » est fortement recommandée, d’autant plus qu’on retrouve régulièrement ce terme sur Internet.

Services d’urgence radioamateurs - SUR : expression qui traduit bien le terme « Amateur Radio Emergency Services - ARES » utilisé en anglais. L’acronyme SUR se prête bien au sens à donner à des activités qui se veulent sécurisantes. Le club radioamateur de la Vallée du Richelieu utilise l’acronyme SURA (Service d’Urgence Radio Amateur). Comme « radioamateur » s’écrit de plus en plus en un seul mot, l’utilisation de l’acronyme SUR est justifiée.

Shack : traduction possible et pertinente par « local radio ». Mais soyons réaliste. Shack, qui appartient au vocabulaire radioamateur depuis longtemps, est en passe de trouver officiellement sa place dans le dictionnaire francophone. Le mot est largement utilisé sur Internet. Il n’y a certainement pas d’objection à conserver le mot shack pour désigner une «local radio ». Quoique « local radio » …

Socket : mot masculin français ou anglais largement utilisé en français, qui signifie « prise » ou « base » en électricité ou en électronique. En ce domaine, il est recommandé d’utiliser le mot prise ou base. On dira une prise de courant ou une base de lampe électronique. « Socket » devient de plus en plus un terme informatique qui prend le sens d’un connecteur réseau (socket réseau). Donc, utiliser socket seulement quand l’interprétation est sans équivoque.

Sortie : traduction du mot « Output ». L’utilisation très fréquent de output en français pourrait bien un jour en justifier la francisation. Pour le moment le dictionnaire continue de traduire « output » par sortie. Par contre beaucoup de textes français utilisent sans distinction les mots sortie et output.

Tension maximale : en anglais « working voltage »

Torsadé : en anglais « twisted »

Tresse ou gaine : de l’anglais « Braid ». Il s’agit ici de la partie tressée d’un coaxial.  

Transcepteur : un mot qui traduit bien « transceiver » en anglais. Le terme « émetteur – récepteur » peut indifféremment être utilisé en français. On retrouve le mot « transcepteur » sur Internet décrivant un émetteur – récepteur. Le mot transcepteur a le mérite d’être bref.

Le mot « rig » en anglais désigne souvent le transcepteur. Générique, il est bon de se rappeler que « rig » s’attache souvent au monde de l’équipement nautique et même pétrolier. Néanmoins, rig est tellement ancré dans le vocabulaire radioamateur qu’il convient de le garder tel quel en n’oubliant pas que traduit mot à mot il signifie « gréement » ! Ainsi chaque fois que vous qualifiez votre équipement ou votre transcepteur de rig, vous le désignez comme un gréement !  

Transmetteur : nom masculin. Traduction de plus en plus acceptée du mot « transmitter » en anglais, bien que le mot préférable soit toujours émetteur.

Voltmètre : en anglais « voltmeter »

Wattmètre : en anglais « wattmeter ou watt meter »

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et de me signaler tout erreur. Faites connaître votre opinion sur les ondes. Et ne soyez pas gentil si vous en avez le goût !

Claude, VE2LCF