Hamfest de St-Romuald : une réussite

Un événement rassembleur et stimulant

Le 7 août dernier c’était la fête du radioamateurisme à l’Aréna de St-Romuald.  Un rendez-vous que plusieurs des nôtres n’auraient voulu manquer pour rien au monde. Il fallait voir tous ces passionné(e)s du sans-fil se saluer, sourire et rire, échanger des idées et offrir aux passants maints articles liés à la communication radio. Du commerce honnête et sans prétention, comme celui que l’on voyait autrefois dans nos villages. Aucune exigence de garantie écrite ; la parole suffit et le marché est conclu. Voilà le véritable esprit radioamateur !

L’événement que constitue le hamfest dans notre région est de nature à rassembler les radioamateurs de toutes les régions du Québec, à resserrer les liens d’amitié, à entretenir l’enthousiasme pour notre noble activité et, par voie de conséquence, à susciter de nouvelles adhésions. Le lien radio nous fait connaître l’un à l’autre et suscite l’amitié ;  le hamfest, une fête sociale d’abord, la développe et la confirme.

Il est facile d’imaginer la somme de travail qu’il faut investir bénévolement dans l’organisation d’un événement comme celui d’un hamfest. Il n’y a pas que les lieux physiques qu’il faut préparer. La logistique est une affaire de planification, bien sûr, mais toute logistique, au moment de la mise en action, comporte sa part d’imprévus. C’est là qu’il faut des personnes alertes, capables de réagir rapidement devant l’inattendu. Et que dire du temps et des énergies à investir en relations publiques et en publicité.

Présence de personnalités du milieu radioamateur

C’est aussi l’occasion de rencontrer des personnalités du monde radioamateur et les dirigeants de nos associations. Pour ma part, j’ai été heureux de faire la connaissance entre autres de Mario Bilodeau VE2EKL, président de RAQI avec qui j’ai échangé pendant un bon moment, puis de Guy Richard VE2XTD, président du CRAQ que je connaissais trop peu et de Denis Bérubé VE2DIB président de ARES même si ce jour-là, on l’aura deviné, était fort occupé.  Daniel A. Lamoureux, VE2KA était aussi des nôtres, ancien président de RAQI et de RAC (Radio Amateur Canada), il est aujourd'hui vice-président aux affaires internationales de RAC.  Il est un confrère traducteur  pour le magazine TCA (The Canadian Amateur) organe officiel de RAC à Ottawa. Il informera Alan Griffin, directeur de TCA, de la tenue réussie du hamfest de St-Romuald. Inutile de  dire que je surveille avec attention la prochaine sortie du magazine TCA.

Merci aux organisateurs et autres bénévoles

Avant de passer à quelques idées que je soumets humblement aux responsables de ARES comme contribution possible à la tenue des prochains hamfests, je m’en voudrais de ne pas souligner le travail immense qu’ont dû accomplir l’organisatrice du hamfest de St-Romuald France Cloutier VE2AFC, directrice du hamfest et son conjoint Pascal Vallet VA2ABA directeur du numérique.

Chez les autres directeurs, mentionnons Robert VA2RBQ aux Activités et Charles VE2WOC aux Relations publiques. Comment aussi ne pas souligner à double trait l’apport d’un gars comme Serge Bérubé, VE2ABC, directeur technique du réseau ARES pour sa contribution soutenue à la bonne santé du réseau. Félicitations à lui et à tous ceux qui se sont mérité un certificat de remerciement pour la reconstruction de la tour de Pontbriand et autres services rendus au club. Le hamfest était le lieu et le moment par excellence pour distribuer ces attestations de reconnaissance.

Soulignons aussi le dévouement des membres du Conseil d’administration : Denis VE2DIB président ; Pierre VE2CJH vice-président ; Fernand VE2FGK trésorier ; François VE2FSA secrétaire, sans oublier les nombreux membres de l’ARES qui ont donné quelques heures de leur temps pour le bon déroulement de l’événement. Je ne connais pas exactement la contribution de chacun à l’organisation du hamfest, mais gageons que je ne me trompe pas trop en disant qu’elle fut substantielle.

Mes idées en bref

Mon expérience au sein de la communauté radioamateure est presque négligeable. Je ne le cache pas. Mais cet état de fait n’a que peu à voir avec l’intérêt que je porte au mouvement. J’essaie donc de compenser ma faible expérience par mon engagement et mes efforts à mieux connaître le radioamateurisme. Lecture et recherche sur Internet constituent une portion non négligeable de mon menu formateur. Des échanges verbaux avec les plus expérimentés du mouvement viennent le compléter.

Internet nous offre des écrits intéressants sur le sens et l’utilité du hamfest pour la communauté radioamateure et même au-delà. C’est à partir de ces lectures que je me permets de formuler quelques réflexions, sans prétention, de nature à bonifier un événement déjà remarquable comme le hamfest de St-Romuald, ne serait-ce qu’en raison des exigences de son organisation.

Outre le fait connu que le hamfest soit un événement social annuel ou semi-annuel tenu principalement la fin de semaine, qu’il peut durer de plusieurs heures à plusieurs jours et donner lieu à un marché aux puces d’articles radio, un hamfest peut être une occasion de privilégier un certain nombre d’activités de nature à donner plus de visibilité  à cette fête et, par ricochet, au radioamateurisme. Et à terme, espérons-le, attirer une clientèle nouvelle. Ce que j’ai lu au cours de mes recherches se résume succinctement à ce qui suit. Est-ce réalisable dans le cadre d’un hamfest comme celui de St-Romuald. Trop loin de l’organisation (question de santé !), je ne saurais le dire. Je n’avance donc que des idées pigées dans l’espace publique. Les voici :

1) Mettre à la disposition des participants une ou des salles de démonstration et de vente d’équipement radio et de produits électroniques nouveaux  dont la promotion nécessite une présentation technique.

2) Avec l’avènement de D-STAR, Internet et l’ordinateur occupent maintenant une place non négligeable, sinon incontournable, dans la pratique du radioamateurisme nouveau crû. Un salon consacré à l’ordinateur comme instrument nécessaire à l’utilisation pleine et entière de D-STAR  pourrait-il être aménagé quelque part sur les lieux du hamfest ?

3) Un autre endroit pourrait servir à la présentation de conférences et de petits séminaires sur les aspects techniques, utilitaires, juridiques et sociaux du radioamateurisme. Les invités pourraient êtres des représentants de la Sécurité publique et civile du Québec, des ministères de l’Éducation ou des Affaires municipales et même du mouvement scout. De telles séances d’information seraient l’occasion pour beaucoup de radioamateurs d’échanger avec un conférencier compétent, de parfaire ou de mettre à jour leurs connaissances techniques, de connaître d’autres groupes et personnes mus par un idéal semblable au nôtre et de fraterniser… Est-ce possible ?

Voilà où m’ont emmené mes lectures, mes observations et mes réflexions.

Qu’en pensez-vous ?

Claude VE2LCF