Utilisation locale de D-STAR

(Leçon 6)

Mise en situation

Maintenant que vous avez fait le choix du radio qui convient le mieux à vos besoins, il est normal de vouloir l’utiliser le plus rapidement possible. La technique d’utilisation n’est pas vraiment difficile. Rien de mystérieux. Néanmoins, comme tout apprentissage nécessite une progression de l’effort cognitif, commençons par le processus le plus simple : celui de l’utilisation locale de D-STAR, radio et réseau.

La technologie numérique, comme celle de D-STAR, comporte beaucoup de nouvelles caractéristiques. Mais c’est son utilité quotidienne qui compte pour le radioamateur. En se familiarisant avec les fonctions simples de tous les jours de D-STAR, l'étudiant cheminera plus facilement dans l’apprentissage des nouvelles capacités de D-STAR.

Résumé

 

Au cours de cette leçon, l'étudiant apprendra à utiliser localement un répéteur D-STAR comme il le ferait avec un répéteur de type analogique. La matière couvre l’indicatif d'appel et sa structure. Le radio IC-91AD servira à fournir des exemples fonctionnels de D-STAR. L'étudiant est encouragé à télécharger le manuel du radio IC-91AD à : http://www.icomamerica.com/en/products/91a_91ad/

L’écoute

 

Lorsqu’on est « en fréquence » la grande partie du temps est passée à écouter et à surveiller. Les nouveaux utilisateurs de D-STAR  constateront que l’écoute avec la technologie D-STAR fonctionne de la même manière qu’avec celle du MF analogique.

Vous n’avez pas à entrer quelque indicatif d’appel que ce soit pour recevoir les « packets » de D-STAR. Une fois votre radio syntonisé sur une fréquence active, vous entendrez toutes les conversations. La seule différence vient de la fonction sourdine (squelch).

Dans la leçon précédente vous avez appris que la fonction sourdine des radios numériques ne fonctionne pas de la même façon que celle des radios analogiques.  Au lieu "d'ouvrir" la sourdine pour entendre le bruit de fond non modulé, votre radio D-STAR demeure silencieux jusqu'à ce que les packets D-STAR arrivent. Alors vous pourrez entendre la voix numérique décodée aussi longtemps que les packets seront reçus correctement.

Si D-STAR est en mode DV, la nouvelle fonctionnalité CSS (Call Sign Squelch) sera disponible. Quand CSS est en fonction et qu’un signe d'appel entre, le radio (transcepteur) restera silencieux aussi longtemps que les packets contenant l’indicatif d'appel spécifié ne seront pas reçus. Comme l’indicatif d'appel de la station émettrice est contenu dans chaque packet, CSS n’a pas à se préoccuper d’un code spécial (comme cela existe avec la sourdine analogique codée en numérique (Digitally Code Squelch)) par lequel des séquences tonales sont transmises.

La voix, les données et les messages numériques peuvent aussi être reçus et lus par quiconque est à l’écoute. Touts les informations numériques sont transmises par le packet D-STAR comme du texte ordinaire.

Faire un appel et répondre

 

Qu’est-ce qui arrive si vos émissions ne sont pas dirigées spécifiquement vers une autre station ? Il y a beaucoup de cas parmi lesquels vous pourriez vouloir simplement que toutes les personnes à l’écoute vous entendent. L'exemple le plus commun est de faire savoir aux auditeurs que vous êtes « en fréquence » et que vous êtes disponible pour une conversation ou un simple contact.

En pareil cas, vous n’entreriez pas l’indicatif d’appel d’une autre station dans YOUR CALL SIGN, ou encore laisser l’espace libre. La solution D-STAR est d'utiliser la séquence "CQCQCQ" comme le laisse voir la figure  6-1. Cette séquence peut être conservée dans une mémoire sous forme d’indicatif d'appel, comme si c’était un indicatif régulier. Certains radios auront même un dispositif particulier pour enclencher automatiquement la séquence "CQCQCQ".

6.1

Figure  6-1

Il est intéressant de noter que si MY CALL SIGN affiche votre indicatif d'appel, la transmission que vous ferez sera identifiée dans l’entête (header).  Cependant, c'est de mise pour tout bon amateur de dire aussi (vocalement) son indicatif d’appel.

Voici comment entrer les indicatifs d'appel UR, R1, R2 et MY dans un radio D-STAR IC-91AD en vue d’un contact simplex.

Pour appeler CQ (station appelante)

UR : CQCQCQ

R1 : néant

R2 : néant

My : [indicatif d’appel de la station émettrice/appelante]

Répondre à un CQ et durant le QSO (station répondante)

UR : [indicatif d’appel de la station appelante]

R1 : néant

R2 : néant

MY : [indicatif d'appel de la station en écoute]

Pendant le contact (station appelante)

UR : [indicatif d'appel de la station en écoute]

R1 : néant

R2 : néant

MY : [indicatif d'appel de station appelante]

Bien que cela donne l’impression de devoir programmer beaucoup d’indicatifs d'appel, leur présence dans les packets D-STAR permet au radio (transcepteur) d’acquérir automatiquement ces différents indicatifs d’appel. Les radios D-STAR ont des touches spéciales pour enclencher l’appel CQ, répondre à un visiteur ou utiliser un répéteur.

Urgences

 

D-STAR est aussi muni d’une fonction « tout appel ou appel général» pour alerter les stations des secteurs avoisinants d’une urgence. Le tableau 6-1 montre l'entête D-STAR à cet effet. Il y a trois octets (bytes) consacrés aux trois indicateurs de contrôle (flag). Chaque « bit » de ces trois octets a un sens bien à lui.

6.2

Tableau  6-2

 

 

Le bit 3 de l’octet du premier indicateur de contrôle (flag 1) est utilisé pour indiquer qu’il y a urgence. En temps normal, le bit 3 est en position binaire 0.  Le bit passe à 1 lorsqu’une urgence est signalée. Chaque fois qu'un packet est reçu affichant 1 (au lieu de 0) au bit 3 de l’indicateur de contrôle 1, le récepteur ignore la position (setting) de la sourdine (squelch) et fait entendre le message.

L'IC-91AD utilise le bouton "/EMR/DTMF" pour contrôler la fonction EMR. Si le

bouton est pressé et tenu, trois courts bips et un long se font entendre, l'indicateur "EMR" s’anime et tous les packets à venir afficheront le drapeau d'urgence. Pour stopper la fonction EMR, il suffit d’appuyer de nouveau sur le bouton et le tenir.

Appeler une station spécifique

 

Il y a deux façons d'appeler une station spécifique avec une radio de D-STAR.

Le premier fonctionne à la manière d’un radio analogique. Simplement régler  l’indicatif d'appel du destinataire (ici N9JA) à "CQCQCQ" et appeler vocalement la station. Si les fonctions spéciales sourdine (squelch) DCS ou CCS du radio du destinataire ne sont pas en fonction, votre message (ici W7 JRL) sera entendu.

La deuxième façon est à l’effet de placer directement un appel en utilisant l’indicatif d’appel du destinataire (N9JA) tel que montré à la figure 6-3. De cette façon, si celui que vous appelez a réglé sa radio de manière à utiliser le signe d'appel de la sourdine (Call Sign Squelch) son récepteur détectera votre présence (W7JRL) parmi les packets et fera entendre votre voix.

6.3

Figure 6-3

 

 

Utilisation d'un répéteur

 

En mode analogique, CTCSS (Continuous Tone Code Squelch System -  non audible) ou les tonalités PL (Procedural Language) sont utilisés pour contrôler l'accès au répéteur. Vous devez connaître la bonne tonalité ou alors, le répéteur n’acceptera ni ne relayera votre message vocal à l’émetteur. L’équivalent pour D-STAR est le signe d'appel conservé dans R1 ou R2. Si R1 est sans indicatif (néant) ou encore que les indicatifs d'appel ne correspondent pas au répéteur à la fréquence choisie, le répéteur refusera de retransmettre votre signal.

Les ensembles suivants d’indicatifs d'appel supposent que les deux utilisateurs utilisent le même répéteur (situation la plus habituelle).

Appel CQ

UR : CQCQCQ

R1 : [indicatif d’appel du répéteur]

R2 : néant

MY : [l’indicatif d’appel de la station appelante)

Répondre à un CQ et durant le QSO (station répondante)

UR : [indicatif d’appel de la station appelante]

R1 : [indicatif d’appel du répondeur]

R2 : néant

MY : [indicatif d’appel de la station en écoute]

Pendant le contact (station appelante)

 

UR : [indicatif d'appel de la station en écoute]

R1 : (indicatif d’appel du répéteur]

R2 : néant

MY : [indicatif d’appel de la station appelante]

Si R1 est laissé en blanc (néant) alors la communication devra se faire en simplex comme décrit dans la section précédente.

 

Contact à l’intérieur d’une zone D-STAR

,

Pour placer un appel général entre répéteurs reliés dans un système analogique, l’utilisateur devra peut-être entrer une tonalité DTMF(dual-tone multi-frequency) spéciale ou une suite de tonalités pour envoyer le signal à tous les répéteurs. Dans une zone D-STAR,  l’opération est similaire mais il faut ajouter un caractère « / » avant l’indicatif d’appel du répéteur comme suit :

Appel CQ (station appelante)

UR : CQCQCQ

R1 : / [le signe d'appel du répéteur] – noter la barre oblique avant l’indicatif d’appel

R2 : Néant

MY : [l’indicatif d’appel de la station appelante]

Répondre à un CQ et durant le QSO (station répondante)

UR : [indicatif d’appel de la station appelante]

R1 : [indicatif d’appel du répéteur de la station répondante] à noter : pas de barre oblique

R2 : [indicatif d’appel du répéteur de la station appelante]

MY : [indicatif d’appel de la station répondante]

Pendant le contact (station appelante)

UR : [indicatif d’appel de la station répondante]

R1 : [indicatif  d’appel du répéteur de la station appelante]

R2 : [indicatif d’appel du répéteur de la station répondante]

MY : [l’indicatif d’appel de la station appelante]

Comme nous l’avons déjà dit, la radio D-STAR acquerra automatiquement, à partir des packets, les signes d'appel nécessaires, permettant ainsi à l'utilisateur de régler son radio en quelques clics.

La prochaine leçon portera sur l’utilisation de la passerelle (gateway), ce dispositif presque magique qui, allié à Internet, permet à D-STAR de nous offrir un merveilleux voyage en communication instantanée autour du monde.

 

 

Claude Lalande VE2LCF

Sites visités

http://www.jonrichardson.co.uk/stash/D-Star_G1_Gateway_Course/Lesson%206.pdf

http://www.icomamerica.com/en/products/91a_91ad/

http://fr.wikipedia.org/wiki/CTCSS

http://en.wikipedia.org/wiki/PL/SQL

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codes_DTMF